Our webstore uses cookies to offer a better user experience and we recommend you to accept their use to fully enjoy your navigation.

cancel

Quand une naturopathe apprécie le vin rouge… et bio !

Laura Breiller-Tardy, 30 ans, naturopathe et blogueuse (Foxylife), a été une des premières à liker les photos de bibioverre sur Instagram. Elle m’a reçu chez elle à Lyon.  

D’où vient votre vocation de naturopathe ?

« J’ai toujours été de santé assez moyenne,» répond Laura. «Souvent malade, beaucoup d’otites, d’angines… Je ne m’en sortais jamais, et je prenais toujours beaucoup de médicaments. Une semaine après, j’étais de nouveau malade… Cela a duré pendant très longtemps. Puis, un jour, j’ai arrêté de prendre des médicaments pour rien. Je pense que les médicaments ont une utilité qui est prouvée, mais en prendre à tort et à travers, cela n’a pas d’intérêt. J’ai arrêté, et je m’en portais très bien. Un peu plus tard, j’ai commencé à m’intéresser aux plantes et aux huiles essentielles. J’ai commencé à acheter des livres, à me documenter. J’ai trouvé cela intéressant, et je me suis prise pour cobaye : au final, ça marchait plutôt bien ! J’ai eu l’occasion de changer de travail et je me suis tournée vers la naturopathie. C’était passionnant : j’ai découvert plein de choses ! »  

Puis vous avez ouvert votre blog Foxylife ?

« Oui, », répond Laura. « Quand j’ai quitté mes parents et que j’ai emménagé seule, je n’avais pas les moyens d’acheter de la viande, des produits frais, des fruits, des légumes, donc je ne mangeais quasiment que des pâtes. Je ne m’en portais pas plus mal, parce que j’étais jeune. Quand j’ai commencé à avoir un salaire plus confortable, j’ai commencé à acheter plus de fruits et plus de légumes, à m’intéresser à une alimentation plus saine, plus équilibrée. Ça s’est fait doucement. Je m’intéressais à des sites et à des blogs de cuisine saine. La création de mon blog Foxylife m’est venue naturellement. J’ai proposé des recettes quotidiennes, simples à réaliser, qui rentraient dans ce désir d’une alimentation plus saine et plus équilibrée. Par la suite, j’ai élargi mes sujets en donnant des conseils sur la phytothérapie et l’aromathérapie. Je m’intéresse à tous les sujets concernant une consommation plus responsable. Par exemple, j’ai publié, il n’y a pas très longtemps, un article sur la Slow Food. C’est un courant qui vise à consommer un peu mieux, un peu moins, et au final moins cher. Pendant longtemps, j’ai été adepte de la grande surface où on remplit son caddie. On n’a pas forcément prévu ce qu’on allait faire avec tout ce qu’on a acheté. Il y a des choses qui s’abîment. On achète beaucoup de produits transformés qui ne sont pas très sains. En acheter un petit peu, c’est bien. En remplir son caddie, c’est moins bien. Si ça pouvait inciter quelques personnes à changer leur mode de consommation, j’en serais très heureuse ! »  

Et le vin, quelle place tient-il dans cette alimentation saine ?

« Le vin apporte de bonnes choses au corps. Il en apporterait de beaucoup moins mauvaises, s’il n’était pas surchargé en produits chimiques », nous précise Laura. « Tout ce qui passe par notre corps comme alimentation ou boisson devrait être de la meilleure qualité possible. J’espère que les gens vont se mettre à consommer mieux, le vin y compris. Il faut essayer d’éviter le plus possible les pesticides, les ajouts en tout genre d’engrais et autres additifs chimiques que l’on trouve dans notre alimentation quotidienne, comme le paquet de gâteaux par exemple. Ç’est peut être à petite échelle, et on ne s’en rendra pas compte tout de suite parce que c’est un biscuit par-ci, par-là, ou un plat par-ci, par-là mais au final, on s’empoisonne à petit feu. D’un point de vue santé, tout ce qu’on ingère et qui est mauvais, c’est le corps qui en pâtit derrière. »  

Vous appréciez, je crois, le vin ?

« Personnellement, c’est plutôt par plaisir que je bois du vin  », nous raconte Laura. « Pour la convivialité aussi, pour partager une bouteille avec des amis, c’est chaleureux, c’est convivial, c’est très agréable. Si à cela, s’ajoute le fait que le vin de bonne qualité peut être bon pour mon corps ! Parce qu'effectivement le vin contient beaucoup d’antioxydants. Les antioxydants c’est bon pour prévenir le vieillissement, le cancer, le cerveau … Cela fait partie des petites choses qui contribuent à une bonne santé. Le vin rouge notamment est plein d’antioxydants, plein de bons tanins. Il y a eu pas mal d’études qui ont été faites et le vin rouge serait bon pour le système cardiovasculaire. À petite dose évidemment ! Il ne s’agit pas de boire une bouteille à chaque repas ! »  

Et que pensez-vous du bag in tube ?

« Personnellement,» conclue Laura, «j’ai un peu de mal à ouvrir une bouteille de vin pour boire un verre. Ça risquerait d’être gâché derrière, et c’est dommage. Le bag in tube est idéal, car il permet une conservation dans le temps. Cela permet de boire un verre, de temps en temps, sans perdre le vin et sans se forcer à terminer une bouteille. Boire de temps à autre un demi verre ou un verre de vin rouge, le midi, sans pesticide ni autre produit chimique, accordé avec une alimentation saine et équilibrée, reste bon pour la santé.»  

L’abus d'alcool est dangereux pour la santé & Tous droits réservés 2019 bibioverre.com