Our webstore uses cookies to offer a better user experience and we recommend you to accept their use to fully enjoy your navigation.

cancel

Je ne suis qu'un trait d'union entre la terre au verre.

« Qu’est-ce qui m’anime dans ma quête ? La fierté, mais également le doute ! », nous avoue Nicolas Despagne du Domaine Maison-Blanche, dans le Bordelais. « C'est Nietzsche qui disait : « Ce n'est pas le doute qui rend fou, c'est la certitude ! » Le doute maintient vivant. On a besoin de douter pour chercher en permanence. Condorcet disait : « Les amis de la vérité sont ceux qui la cherchent, pas ceux qui disent l'avoir trouvée ». Le vin que nous faisons à Maison-Blanche, nous essayons de le faire : c’est le vin qui vient. Nous ne sommes que des assistants. Donc, oui, fierté », poursuit Nicolas, « tout ce que je peux dire de mes vins, c'est qu'ils sont faits dans ce que je me suis posé comme « règles de l’art ». Ils sont cohérents par rapport à la terre sur laquelle ils sont nés, sous le ciel sous lequel ils sont nés, et à l’époque où ils sont nés. Après, ce que je cherche à faire, c'est qu'ils soient le plus vrais possible, le plus authentiques possible, le plus sincères possible. Je suis, bien évidemment, fier de ce domaine dont je ne suis qu'un interprète. Je ne fais pas le vin pour faire le meilleur vin du monde ou pour plaire à tout le monde. Il y a des recettes pour ça. On sait ce qu'il faut faire. Mais moi, je ne veux pas rentrer là-dedans : pas de technologie, pas d'intrant. Je suis fier de présenter un vin qui est le plus cohérent possible et qui est fait selon les « règles de l’art » que je me suis imposées. Je ne cherche pas à faire le meilleur vin du monde ou le vin qui va plaire au plus grand nombre : cela, ce n'est pas la démarche de l'appellation d'origine contrôlée, c'est une démarche vin de France, vin industriel... Je produis mes vins de manière naturelle, sincère, authentique. Naturelle parce que je fais le vin selon les lois de la nature et non pas selon des lois contre nature ou artificielles. Naturel a deux antonymes : culturel et artificiel. Quand je dis naturel, ce n'est pas par opposition à culturel. Oui, mon vin est culturel. Si je n'étais pas là, s'il n'y avait pas eu l'homme, il n'y aurait pas eu de vin. J'utilise simplement les lois de la nature. Je n'essaie pas de les violer. Sincère, parce que je dis ce que je fais, je fais ce que je dis. Authentique, parce que ces vins sont l’expression du domaine, que je n'essaie pas de couper ce que le ciel m'a envoyé et ce que la terre m'a donné. Je revendique également ces tannins et cette acidité qui font partie de la force intrinsèque que recèle ces vins. Tous mes vins, je les veux cohérents. Les raisins me sont envoyés. Je les ai cultivés tout au long de l'année. Je vais essayer de maintenir jusqu'au verre du public, la force qu'il y a dans ces raisins. Je ne suis qu'un trait d'union entre la terre au verre. Moins je suis pesant sur le vin, mieux c'est pour la force de vie que recèle le vin. »

L’abus d'alcool est dangereux pour la santé & Tous droits réservés 2018 bibioverre.com